Matière noire, énergie noire

Matière noire, énergie noire, nouveaux éthers de la cosmologie moderne ?

Conférence donnée le 30 octobre 2015 à 21 h 00 min

Conférencier : Alain BLANCHARD, Chercheur à l’IRAP (Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie) Professeur d’astrophysique à l’université Paul Sabatier. Membre de l’Institut Universitaire de France.

Un siècle après l’avènement de la relativité générale, notre compréhension de l’univers a progressé dans des proportions remarquables… un progrès littéralement incroyable ! Les cosmologistes s’appuyant sur les observations astronomiques entendent fournir une description scientifique de l’univers dans son ensemble depuis une infime fraction de seconde après le « Big Bang » jusqu’à l’époque actuelle, quelques quatorze milliards après. Un faisceau d’observations très différentes est venu conforter années après années ce modèle héritier de l’atome primitif introduit par G. Lemaître.

Les observations du satellite Planck ont fournie la pierre la plus récente de cette très remarquable construction, véritable cathédrale de la physique moderne. Une des conséquences les plus spectaculaires de cette description est sans doute l’existence de nouvelles composantes, encore inconnue sur Terre et qui domine la densité de l’univers : la matière noire, substance qui constitue l’essentiel de la masse des grandes structures cosmiques comme les galaxies et les amas de galaxies, elle est inconnue sur terre, mais ne peut être constituée d’atomes au contraire de tout ce que nous rencontrons dans la nature aujourd’hui ; enfin, l’énergie noire, dernier ingrédient totalement inconnu et sans doute a jamais inaccessible à l’expérience de laboratoire, produisant une gravitation répulsive et entrainant l’univers dans une expansion accélérée…

 

Planck

esa : Rayonnement de fond cosmologique hyperfréquence détecté par Planck

 

Les commentaires sont fermés