Le cercle méridien Gautier

Date / Heure : 29 mai 2020 (20 h 00 min - 21 h 30 min)

Emplacement : SAP


Le cercle méridien Gautier

ANNULÉ pour cause de Coronavirus !

Conférenciers:
Jean Davoigneau,
Chargé d’études documentaires principal, chargé du patrimoine scientifique. Mission Inventaire général du patrimoine culturel, Ministère de la Culture.
Loïc Jeanson, Etudiant en Doctorat d’ingénierie mécanique et d’histoire des sciences et technologies. Laboratoire LS2N (UMR CNRS 6004), Ecole Centrale de Nantes. Centre François Viète d’Histoire des Sciences et des Techniques (EA 1161) – Université de Nantes.

De 1877 à 1891 les observatoires astronomiques institutionnels français s’équipent tous auprès d’un même constructeur, la maison parisienne Eichens-Gautier, d’un instrument fondamental pour l’astrométrie : le cercle méridien. Ces huit instruments constituent une fausse-série d’instruments uniques. Par la suite, constamment modernisés, ils ont été utilisés jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et pour certains jusque dans les années 1960. Fait exceptionnel, aucun n’a disparu, ils sont pour la plupart toujours en place et suite à un inventaire national, ont été soit inscrits, soit classés Monuments historiques de 1991 à 2018. Celui de l’observatoire de Toulouse – Jolimont, fut le dernier mis en place en 1891 et le premier d’entre eux à être protégé MH en 1991 pour le centenaire de son installation en 1991. Il reste un des mieux conservé, encore en place dans son abri.

Nous participons actuellement à un projet financé par l’Agence Nationale de Recherche, dénommé Reseed– Rétro Conception Sémantique d’Objets Patrimoniaux.

Nous essaierons, lors de la conférence de montrer comment le projet Reseed à l’intersection des sciences de l’ingénieur, des recherches numériques, de l’histoire des sciences et des techniques et de la conservation et de la valorisation du patrimoine peut renouveler les approches documentaires par la numérisation et la modélisation 3D, permettant ainsi, par des changements d’échelle
– du seul cercle méridien de Toulouse à l’ensemble des instruments dispersés sur le territoire métropolitain –
de redonner du sens à cette série éclatée en montrant que ces instruments exceptionnels ont été installés dans chacun des observatoires pour travailler en réseau à la réalisation d’ambitieux programmes scientifiques nationaux, voir internationaux.

Les commentaires sont fermés